Reflets de vie, germes d’espérance (Edito de REFLET Septembre 2012)

« Reflet »… une revue pour refléter les questions, les attentes et les convictions qui nous préoccupent, nous habitent et nous tiennent debout. Reflet de nos personnes, de notre mouvement, d’une Eglise et du monde que nous vivons ! Tous les amateurs d’art et de peinture savent combien les impressionnistes ont recherché avec passion à refléter la lumière, avec les couleurs de leur palette, avec ombre et lumière. Les « impressions » humaines sont tout aussi difficiles à rendre…Reflet veut nous aider à nous comprendre et à comprendre les autres.

S’il est un sentiment qui saisit lors de la mort d’un conjoint et du deuil qui s’ouvre, c’est celui d’un certain désœuvrement, d’une désappropriation de nos raisons habituelles de vivre. On s’active sans conviction et on fait par obligation ce qu’on n’a pas choisi. On se demande alors « à quoi on sert »… Mais à regarder de près, le deuil est une blessure… qui révèle une « blessure » plus profonde, un manque, une ouverture et un besoin d’être pour quelqu’un. A travers les années, on bâtit sa vie, on vit sans s’en rendre compte de nombreuses raisons de vivre : pour devenir quelqu’un, pour entrer dans le monde du travail, pour aimer « l’amour de sa vie », pour fonder une famille, pour rendre gloire à Dieu… La vie est en général bien remplie, pas trop le temps de penser ! Nos occupations journalières font écran à cette question des raisons de vivre.

Et voilà que la mort trace une frontière entre « avant » et « après » ; le deuil nous oblige à redécouvrir « à quoi on peut encore, ou autrement, servir ».
Tisser des liens nouveaux avec l’entourage plus large ou des inconnus.
S’ouvrir à la peine des autres par cette peine insondable.
Prendre des responsabilités, comme l’animation d’une équipe « Espérance et Vie ».
Convertir l’Eglise, ses évêques et ses prêtres, ainsi que les communautés, à la réalité du veuvage que beaucoup ignorent ou refusent de voir.
Servir la fraternité, par le rassemblement et une joie de vivre passée au creuset de l’épreuve.

On dit que « la nature a horreur du vide ».
Veuf ou veuve, « vidé »… et chrétien, on ne peut pas ne pas trouver réponse à cette question : « à quoi on sert ? ».
Au long de l’année, il vous sera envoyé quatre « Reflet » pour vous reconnaître, ….et l’ayant vu, ne pas oublier notre identité, et mettre notre foi en pratique… à travers toutes sortes d’entreprises !

Pascal Begin, aumônier national