Dieu prépare pour eux une cité (Edito de REFLET juin 2014)

Déroulant jusqu'au bout le fil rouge de cette année, nous arrivons au quatrième et dernier chapitre de l'encyclique du pape François "la lumière de la foi", qui montre comment la foi est un bien pour tous et aide à l'édification de la société. Cette approche nous semble bien convenir à ce temps de Pâques, puis de Pentecôte, où l'Eglise relit le chemin parcouru sur les pas du Christ et s'imprègne de la clarté de la Résurrection pour mieux rendre compte de son espérance.
Non sans hésitations et réticences, tels les premiers disciples : le déni de Pierre, le scepticisme de Thomas, le découragement des pèlerins d'Emmaüs, la douleur de Marthe et Marie à la mort de leur frère, ce sont aussi les nôtres, et notre foi est durement ébranlée par l'épreuve. Mais celle-ci ouvre dans nos carapaces des failles où pourront pénétrer la grâce du pardon et la douceur de l'amitié.
Notre souffrance nous rend capables d'attention à celle des autres, de compassion et d'esprit de service. La nouvelle vie qu'il nous faut construire sur les ruines de notre bonheur passé est une étape solidaire vers l'ultime demeure où nous retrouverons un jour notre conjoint, celle où Jésus nous a promis de nous préparer une place, celle dont il est lui-même le chemin.
Face à toutes nos questions sans réponse sur la façon dont cela se fera, à quoi ressemblera l'éternité promise et comment nos époux participent déjà à la plénitude de la vie en Dieu, il nous est bon de lire des témoignages et des réflexions empreints de sérénité, de confiance et d'ouverture aux autres.
Je souhaite que cette paix vous accompagne et vous porte pendant ces mois d'été et qu'elle rende plus fraternelles toutes vos rencontres.

Michèle TAUPIN