Prendre soin de soi (Edito de REFLET Mars 2018)

Face à tout ce qui nous dépasse et que nous devons gérer depuis la mort de notre aimé(e), la petite phrase : "Prends soin de toi !" peut résonner en nous de plusieurs manières : pour certains, l’entendre, la recevoir, permet une impulsion, un élan ; pour d'autres, cette parole ne veut rien dire, est complètement décalée, voire blessante.

Avec ce numéro de Reflet qui vous arrive juste après l'hiver, au tout début du printemps, nous souhaitons apporter à chacun, à chacune d'entre vous, un peu d'harmonie, de douceur et de paix. Loin de vous géographiquement, mais proches de vous par le coeur et par notre condition de veufs, veuves, nous voulons vous exprimer notre compassion et nos encouragements.

"Prends soin de toi !", comme cela est possible, dans cette vie différente que tu apprivoises petit à petit, à ton rythme, depuis quelques semaines, quelques mois, quelques années, des dizaines d'années... dans ce qui se révèle, d’envie, de désir, de goût et de sens nouveaux pour poursuivre la route. Rien n'est interdit, rien n'est obligatoire. Rien n'est bien pour tous, mais il y a quelque chose de bien pour toi.
Celui, celle, dont le regard t'encourageait à prendre soin de toi n'est plus là physiquement, mais l'amour continue dans l'arc-en-ciel de l'amour. Dieu, notre Père, et en lui tous nos bien-aimés, nous redisent sans cesse : "Je t'aime comme que tu es", quels que soient les sentiments qui nous habitent, paix ou colère, force ou découragement... Il appelle chacun à être soi-même, à se regarder, se connaître, s’estimer, s’aimer, choisir le beau et le bon.

C 'est ce que résume la petite phrase : "Prends soin de toi !".
Parfois cela est très laborieux, un vrai chemin de croix...
N’est-ce pas là où tout recommence pour continuer, pour changer quelque chose dans notre vie, et ainsi vivre la fête de Pâques ?