Décider pour Vivre (Edito de REFLET Septembre 2017)

Reflet s'ouvre par un titre qui peut surprendre, même paraître provoquant. Dans la situation de veuvage qui éprouve fortement notre existence, les trois mots DÉCIDER POUR VIVRE interrogent : quel est le rapport entre la capacité à décider et le dynamisme de vie ? Ce numéro fait suite au précédent, où ont été évoqués les domaines des choix et nos réactions quand une question se pose. Prenons un peu de distance et de hauteur ; cherchons ce qui oriente nos préférences, nos oui et nos non, nos décisions. Malgré l'immense solitude et le néant qui font souffrir, un appel à continuer d'avancer se fait entendre. Décider comprend toujours une part de renoncement et de risque. Nous sommes face à une liberté nouvelle. Nous expérimentons aussi que le refus de répondre est une fuite de la réalité, et que cette attitude, si elle est durable, maintient un malaise en soi et vis-à-vis de ceux qui nous côtoient. "Rendez votre coeur attentif à vos chemins." Ag 1, 5 Au contraire, le discernement permet de mieux me connaître, de prendre en compte mon histoire et mes goûts, mes liens, mes aptitudes et ma santé, mes bornes d'arrimage et mes freins, etc. Je peux identifier mon "or" et ce à quoi je souhaite contribuer en finalité, ma vocation propre. Cela procure paix et espérance. C'est un travail difficile, car il fait appel à la raison, il demande du temps et de la volonté, il oblige à chercher la vérité au fond du coeur et à demander conseil ; nous rencontrons des obstacles et faisons des détours. Nous pouvons utiliser les balises placées par d'autres ; la Parole de Dieu, les sacrements, la réflexion avec une(e) ami(e), en famille ou en équipe, le service... sont autant de sources d'éclairage pour que chacun, chacune, marche pas à pas sur l'itinéraire qui est le sien. Alors, quel petit pas décides-tu aujourd'hui pour la vie ?