Faire mémoire (Edito de REFLET Mars 2020)

Le temps du Carême et de Pâques nous invite à relire notre vie pour y discerner, au-delà des zones sombres, ce qui nous rend vivant.
Combien de fois ai-je tourné mon alliance autour de mon doigt en repensant à notre dernière journée, à la dernière Fête des mères trois jours avant sa mort, à nos moments de dialogue, etc. ? Ses gestes, son regard et sa voix sont du passé ; pourtant je me souviens de ce qu'il aimait, de ses attitudes, de nos désaccords aussi. Evoquer cela est-il triste, morbide ?
La mort d'un proche, et particulièrement de l'épouse, de l'époux, n'efface pas ce qui a été partagé. Nous cherchons à rêver du passé heureux et nous craignons les mauvais souvenirs. Nous gardons précieusement dans notre coeur ses dernières paroles, comme un testament. Dieu se souvient de nos moments de partage, de souffrance, de joie, d'attention mutuelle…
C'est de cette vie d'amour dont il faut faire mémoire. Le temps, le silence et la prière permettent de relire et de relier les événements, avec l'aide de l'Esprit Saint, et, le moment venu, de trouver la paix.
Se référer au passé pour donner sens à notre vie et lui ouvrir un avenir.
Faire mémoire, c'est manifester que ma femme, mon mari, est vivant autrement qu'avant. Faire mémoire, c'est mieux comprendre qui je suis et d'où je viens. C'est recueillir ce qui m'a été légué pour le mettre en pratique dans mon quotidien.
Le but d'un testament n'est pas une fin : ne faisons pas de notre maison un mausolée ! Découvrons plutôt qui nous sommes devenus dans cette histoire partagée, pour améliorer notre savoir vivre auprès de ceux avec qui nous continuons sur le terrain de l'existence, pour transmettre les richesses reçues de notre vie conjugale et pour inventer une nouvelle manière d'aimer.
N'est-ce pas le commandement que Jésus a donné à ses apôtres la veille de sa mort ?
"Faites cela en mémoire de moi. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés."
Cette parole est offerte à chacun de nous. A méditer sans modération au cours des semaines qui viennent.
Belle Fête de la Résurrection !

Sylvie Simon