Réconciliation (Edito de REFLET Mars 2021)

Au cinquième anniversaire de la mort de son mari, une amie veuve m'a partagé son regret d'être arrivée près de lui quelques minutes après le décès ; elle ressentait une grande culpabilité. Cette rencontre et de nombreuses confidences téléphoniques ont inspiré ce Reflet.

- Qui d'entre nous, veuf, veuve, n'a pas pensé ou dit, à un moment ou l'autre : "Si j'avais su…" ou "Je m'en veux…" ?

- Il arrive aussi, en relisant l'histoire conjugale, que certains restent profondément blessés par un geste ou par le comportement de celui, celle, qui est mort(e).

- Face à la maladie ou à l'accident, nous cherchons des coupables.

- Dans l'entourage - famille, travail, voisinage, relations - nous supportons le regard des autres, le silence ou des paroles choquantes, l'aide absente ou inappropriée…

- Plusieurs évoquent leur questionnement face à Dieu ; la colère n'est parfois pas loin.

En ce Carême, il ne nous est pas encore possible de nous réunir dans nos équipes. Mais le téléphone fonctionne. Et à l'heure où ces lignes sont écrites, on peut se rendre visite. Peut-être pourrons-nous confier et partager des éléments de notre réflexion avec un(e) ami(e), un membre de notre équipe, un prêtre…

Que chacun, chacune reçoive du Christ Sauveur la lumière qui aide à voir vrai, le pardon qui relève et la liberté qui permet d'avancer.

Bon chemin vers Pâques !
Sylvie SIMON